Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘péripétie’

Manger, manger… C’était la question existentielle à partir de 17h. Pourquoi ? C’est très simple. Vue le petit déjeuner gargantuesque du matin, le repas du midi était sauté ! Donc, il reste le repas du soir pour faire connaissance avec la cuisine locale.

Cuisson de Yakitori 🙂 Miamm!

Yakitori. Ces brochettes de poulets grillés à la sauce soja étaient vraiment délicieuses. Pas de photos de notre plat, mais celui du voisin avait l’air pas mal aussi. Le hic, c’est que nous ne savons pas ce que c’est.

.

Concernant les restaurants. Les meilleurs sont souvent les plus petits. Ne pouvant pas réserver (c’est en japonais), l’idée est de venir vers 18h ! Ainsi, on évite le monde !

La façade de présentation

Chaque enseigne a desreprésentations de ses plats (en plastique bien sûr 😄) dehors.

.

Savoir ce qu’on va avoir dans l’assiette donne une bonne idée, et permet de passer outre la barrière de la langue.

.

Ootoro: le meilleur sushi de thon

Sushi. Pas besoin de présenter la chose, si vous voulez des détails, allez voir la fiche relative dans la catégorie cuisineJ. Je déconseille le sushi bar de la station de Shinagawa, ils mettent vraiment trop de wasabi pour moi (ou comment faire boire de la bière à quelqu’un qui n’aime pas ça 😄).

.

.

Sushui bar tournant

Dans l’autre restaurant d’Akihabara, l’ambiance était vraiment sympathique. Le hic est que malgré mes efforts, impossible de commander un simple bol de riz. Tous ont loué mes tentatives de parler Japonais, mais aucun n’a compris. Pauvre de moi, et mon pauvre ventre qui a crié famine et qui n’a rien eu. Sniff !

.

Ramen. Qui ne connait pas Naruto et sa folie des ramen (prononcer Lamen). L’idée est on ne peut plus simple : des pates, du bouillons, des légumes, parfois de la viande et des œufs. Vous pouvez mettre ce que vous voulez dedans. Repas très sympa et peu cher !

.

Mignionne boules de riz!

;

Onigiri. En ce qui me concerne, ces boules de riz fourrées servaient de quatre heures. Au risque de vous horrifier, j’adore celles aux algues ! Je pense même tenter de les cuisiner une fois rentrée !

.

Toutes sortes de gateaux, mais que j'ai pas aimé!

.

Les gâteaux ! Je suis fan des biscuits aux haricots rouges. Pour ceux qui me connaissent, vous connaissez ma passion pour le chocolat. Et bien je pourrais m’en passer ! Les langues de chat ne sont pas mal non plus (pas les françaises, mais les spécialités d’Hokkaido). Les mauvaises surprise existent aussi : ceux au Matcha (thé vert) ne sont pas passés, pas plus que ceux au soja (bourratif et écœurant : comment sauter le repas du soir !), les gluants non plus.

Read Full Post »

Recharge de suica card! + plan du métro!

Chose promise, chose due, me voici partie en quête de photos pour ce mini reportage.

Pour commencer, direction la station, afin de charger une petite merveille.  J’ai nommé la suica card qui permet, une fois chargée, de prendre n’importe quel train ou bus, et même d’acheter à boire et à manger. Génial, hyper pratique et gain de temps assuré ! En effet, faire la queue, chercher sa destination et le prix qui va avec, ça va bien 5 min, mais 10 fois par jour, c’est extrêmement pénible !

Bien rangés, empaquetés!

Une fois la carte opérationnelle, après avoir emprunté des couloirs d’une propreté exemplaire, on débouche sur un quai où les gens sont bien rangés devant une marque au sol permettant de ne pas gêner ceux qui vont sortir. Johann, ce n’est pas pour toi lol !!

Ca brille 😄

Même en montant ou en descendant les escalators, il faut rester sur sa file à gauche pour permettre un japonais pressé, un pléonasme, de doubler les plus lents. Attention aux regards désapprobateurs si l’on ne suit pas les bonnes manières japonaises!

Read Full Post »

Explicite!!

Après plus de 12 heures de vol, me voici arrivée au pays du soleil levant. Quoique dans ce cas, c’était plutôt celui de la pluie torrentielle. Et oui, au lieu du beau temps, ce sont des trombes d’eau qui nous ont accueillis !

En témoigne le petit bonhomme revêtu d’un ciré jaune qui nous attendait de la passerelle !

Oh, un poussin mouillé 😄

Par la suite, direction l’immigration, avec prise d’empreintes digitale et photos ! Moi Yâ-chan fait dorénavant partie de la base de données japonaise. Dommage, les photos sont interdites. Récupération fructueuse des bagages en moins de 10 minutes (contre 30 pour Roissy !), passage de la douane (dommage qu’on n’ait pas le même genre de douaniers en France, ils sont … miam !!)

Et nous voila tous partis, pour plus d’une heure de bus, vers l’hôtel Pan Pacific de Shinagawa, très bien situé à 3 minutes de la station de métro du même nom. Une fois la chambre récupérée, neuf heures de décalage horaire oblige, le dodo était nécessaire.

Read Full Post »

Si vous aimez les livres qui vous font voyager, qui vous entraine, vous donne le sourire, je vous conseille « Le Japon n’existe pas » d’Alberto  Torres-Blandina.

Depuis 40 ans qu’il balaye dans les couloirs d’un aéroport, Salvador Fuensenta, veil homme à quelques mois de la retraite,  en a entendu des histoires. Observateur, attentif et bavard de nature, Salvador discute avec tous les gens qu’il rencontre : votre avion à du retard, Salvador vous fera passer le temps en vous racontant l’histoire de Roberto et Rosalia, la vie d’un poète méconnu, mort sur une chaise d’embarquement, les périples d’un jeune homme parti au Népal, l’existence un code international qui permet de se donner rendez-vous pour faire l’amour dans les toilettes… Chacun à droit à son histoire et en redemande. Témoin de nombreuses aventures Salvador connait beaucoup de choses. Sa théorie la plus spectaculaire : Le Japon n’existe pas et n’est qu’un concept marketing inventé et mis à la mode par les voyagistes… mais chuttt… c’est un secret.

Voici un extrait :  

« Où allez-vous, si ce n’est pas indiscret ?… Tokyo ? Oh, ce n’est pas le meilleur choix, avec tous les endroits qu’il y a à voir dans le monde, vous auriez pu en choisir un autre… Si vous avez le temps de changer de billet ? Non, bien sûr, l’avion est sur le point de décoller…enfin, façon de parler…

Non, non, pas du tout. Le personnel de bord vous expliquera. Moi je ne suis qu’un balayeur. Mais comme je travaille ici depuis très longtemps, je sais certaines choses… compromettantes… que je ne devrais pas savoir.

Oui, je sais que c’est un pays très cher. Mais ce n’est pas pour cette raison que c’est un mauvais choix. Que ce soit cher sert justement à dissuader. Moins de gens y vont et mieux c’est. Ça vous étonne ce que je dis ? Réfléchissez un peu. Vous ne trouvez pas que c’est un pays où tout est fait pour décourager le tourisme ? J’imagine ceux qui l’ont inventé…

–          D’abord, un sport national…

–          Deux obèses en string qui se frappent en se poussant, ce serait drôle, non ?

–          Et la nourriture, qu’est-ce qu’on pourrait trouver de pire ?

–          Du poisson cru, ça paraît répugnant…

–          Oui… et avec des baguettes, ha ! ha !, pour qu’ils n’arrivent pas à le saisir…

–          En plus ils vont s’asseoir par terre et se bousiller les reins…

–          Et la langue ?

–          Quasi impossible à apprendre…

–          Avec deux alphabets… ha ! ha !

–          Non, non, trois…

Imaginez la rigolade…

Vous ne comprenez pas de quoi je vous parle ? Je vais vous expliquer.  Mais parlons plus bas. Il ne faut pas que ça se sache. A vous je le dis parce que sous peu le personnel de bord vous l’apprendra. Alors peu importe que vous le sachiez avant ou après : le japon n’existe pas.

Je sais que ça paraît bizarre. Ne me regardez pas comme ça. Le Japon n’est qu’une façade. Une opération marketing comme une autre. On l’a inventé pour vendre de la technologie. Et ça a marché. Made in Japan est aujourd’hui le meilleur label pour vendre une voiture ou un téléviseur.

J’ai fait la même tête que vous quand j’ai appris. J’ai entendu qu’on le disait à des touristes qui, comme vous, avait acheté un billet d’avion.

Yoko Ono ? Vous, vous êtes un rapide. Mais je regrette de vous dire que Yoko Ono est chinoise. Vous distinguez les Japonais des chinois ? Moi non plus. Normal. Des enfants chinois sont achetés à leur naissance par des multinationales. On leur donne un faux nom et on les oblige à feindre qu’ils sont originaires d’une île volcanique appelée Japon. Il y a même des manuels qui aident ces Chinois à faire semblant d’être Japonais. Ils s’exercent et, moyennant un salaire, ils jouent ce rôle toute leur vie. C’est aussi simple que ça.

Vous devez vous poser les mêmes questions que moi lorsque je l’ai appris : ces jolies photos de jardins et de temples… ?

Des montagnes. On a d’abord fait des maquettes et aujourd’hui avec les ordinateurs… Et la littérature, le cinéma, les geishas, le saké… ? C’est pareil pour tout. Inventé. Mais ça, on vous l’expliquera. Moi je ne sais que par ouï-dire. »

Et vous, que pensez-vous de la théorie de Salvador ?

Aimeriez-vous lire ce livre ?

Read Full Post »